1. Introduction
Le Forum forestier africain (AFF) est une organisation non gouvernementale panafricaine dont le siège est à Nairobi, au Kenya. C’est une association d’individus qui partagent la quête et l’engagement pour la gestion durable, l’utilisation et la conservation des ressources forestières et arboricoles de l’Afrique pour le bien-être socio-économique des populations, la stabilité et l’amélioration de l’environnement. L’objectif du Forum est de fournir une plateforme et de créer un environnement propice à l’analyse indépendante et objective, au plaidoyer et au conseil sur les questions politiques et techniques pertinentes relatives à la gestion durable, l’utilisation et la conservation des ressources forestières et arborées de l’Afrique dans le cadre des efforts de réduction de la pauvreté, de promotion de l’égalité des sexes, de développement économique et social et de protection de l’environnement.

À cette fin, AFF, avec un financement de l’Agence Suédoise de Coopération et de Développement Internationale (ASDI), met en œuvre un projet intitulé « Renforcer la gestion et l’utilisation des écosystèmes forestiers pour le développement durable en Afrique ». Le projet vise à générer et à partager des connaissances et des informations par le biais de partenariats de manière à contribuer aux options politiques et aux efforts de renforcement des capacités pour améliorer la gestion des forêts, faire face aux impacts du changement climatique, contribuer à la réduction de la pauvreté et à la protection de l’environnement en Afrique.

Ce projet vise de façon spécifique, entre autres, à (i) promouvoir la protection et la gestion durable des ressources forestières afin d’améliorer l’approvisionnement en biens et services écosystémiques et (ii) examiner le potentiel de production et d’utilisation des biocarburants liquides en Afrique en tant que moyen de développer des économies nationales vertes et circulaires. Pour atteindre ces objectifs, AFF a entrepris des études qui visent à évaluer :
• les politiques et les pratiques de gestion des terres et de préservation de la biodiversité dans différents types de forêts en Afrique;
• la dynamique des principaux facteurs responsables de la perte du couvert forestier ainsi que les besoins en renforcement des capacités des parties prenantes de la foresterie africaine pour maitriser lesdits facteurs dans les différentes sous-régions du continent; les processus et les pratiques de planification et de gestion forestière dans différents types de paysage du Continent;
• le potentiel des pays africains pour la production et l’utilisation de biocarburants liquides, comme stratégie pour développer une économie verte et circulaire.

Avec le financement de l’Agence Suisse pour le Développement et la Coopération, AFF met également en œuvre un projet intitulé « Forêts africaines, populations et changement climatique ». L’objectif global du projet est, d’une part, de renforcer le rôle des forêts africaines pour l’adaptation des populations aux effets du changement climatique dans divers paysages de manière à améliorer leurs moyens de subsistance, d’autre part de conserver la biodiversité, préserver la qualité de l’environnement et améliorer la capacité des forêts africaines à s’adapter au changement climatique et à contribuer aux efforts d’atténuation.

Les objectifs spécifiques du projet incluent : i) renforcer la capacité des acteurs forestiers africains à adopter les meilleures pratiques qui intègrent à la fois des options d’adaptation et d’atténuation en réponse aux impacts du changement et de la variabilité climatique sur les systèmes biophysiques et sociaux dans différents paysages; ii) améliorer la gouvernance forestière nationale en renforçant la capacité des parties prenantes africaines à répondre à l’Accord de Paris et aux politiques et initiatives mondiales connexes en matière de changement climatique liées à la foresterie; iii) promouvoir les opportunités d’entreprenariat et les moyens technologiquement efficaces pouvant améliorer la valeur ajoutée en foresterie africaine, y compris ceux liés à la résilience au changement climatique qui pourraient accroitre les moyens de subsistance, les revenus nationaux et l’emploi pour les communautés vulnérables.

Pour atteindre ces objectifs, AFF a entrepris plusieurs études dans différents types de forêt dans les différentes sous-régions africaines. Ces études visaient à:
• Renforcer les capacités des acteurs forestiers africains, à adopter et promouvoir des options intégrées d’adaptation et d’atténuation des changements climatiques ;
• Renforcer les capacités pour la mise en œuvre de la REDD+ en Afrique subsaharienne;
• Renforcer la gouvernance forestière nationale pour répondre à l’Accord de Paris et aux politiques et initiatives mondiales connexes en matière de changement climatique en Afrique;
• Renforcer les capacités des acteurs forestiers africains pour la contextualisation et l’adoption du cadre stratégique Africain pour l’intégration des options d’adaptation et d’atténuation basées sur les forêts et les arbres dans différents paysages Africains ;
• Explorer l’utilisation des ressources forestières des écosystèmes arides pour promouvoir les opportunités d’entrepreneuriat qui améliorent les moyens de subsistance, les revenus nationaux et l’emploi, avec comme étude de cas, les gommes et les résines au Burkina Faso, au Kenya, au Niger et en Tanzanie.

Les résultats de ces études contribuent à la réalisation des objectifs généraux des deux projets, et plus particulièrement à orienter la conception et la mise en œuvre de politiques et de pratiques de gestion durable des ressources forestières en Afrique dans le contexte du changement climatique.

2. Contexte
Les ressources forestières sont la base de la subsistance de la plupart des gens en Afrique. Pour s’assurer qu’elles fournissent durablement les biens et services nécessaires, il faut que les pratiques de gestion et d’utilisation, ainsi que les politiques qui les guident, soient adaptées à leur état et à leur contexte. Des politiques appropriées pour guider les pratiques de gestion et d’utilisation des ressources ne peuvent être conçues que lorsque les informations appropriées sont disponibles et accessibles sur (i) l’état des ressources et des facteurs qui les influencent, (ii) la pertinence et l’efficacité des politiques, approches et pratiques existantes utilisées pour la planification de leur gestion et, (iii) les possibilités existantes et potentielles pour améliorer la valeur socioéconomique desdites ressources; afin d’assurer la disponibilité permanente des biens et services qu’elles procurent. Il est également nécessaire que les parties prenantes du secteur soient dotées de capacités, de connaissances et compétences appropriées pour gérer et utiliser les ressources de manière durable.

De nombreuses institutions et initiatives mondiales, à travers différents moyens (décisions politiques, lignes directrices, mécanismes de financement, etc.) aident les gouvernements nationaux à mettre en œuvre une gestion durable des terres et des forêts afin d’améliorer les conditions socio-économiques de leurs populations et de bénéficier des avantages environnementaux et climatiques associés. Parmi ces institutions et initiatives figurent le Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD). En Afrique, la Commission de l’Union africaine a élaboré un cadre de gestion durable des forêts pour l’Afrique qui guide les pays et les communautés économiques régionales dans leurs interventions liées à la foresterie. En outre, au niveau sous-régional africain, il existe des initiatives et des programmes forestiers, tous visant à améliorer les moyens de subsistance des populations, les revenus nationaux et l’environnement.

Les études entreprises dans le cadre des deux projets de AFF financés par l’ASDI et la Coopération Suisse visent à contribuer à ces initiatives en soutenant les pays africains dans leurs efforts de promotion et de mise en œuvre des politiques de gestion durable des terres et des forêts, en particulier en alignant leurs interventions dans ces domaines par rapport aux dispositions et décisions découlant des recommandations et résolutions issues des discours provenant desdites institutions.

Dans son plan de travail annuel pour 2022, AFF organise un atelier régional pour partager les conclusions et les recommandations de ces études, faciliter l’échange d’information, de connaissances et d’expériences entre les parties prenantes du secteur forestier africain. En d’autres termes, l’atelier permettra de:
i. créer un forum de dialogue pour renforcer la collaboration et les mécanismes de partage d’expériences sur le continent africain en matière de gestion durable des terres, des forêts et des arbres;
ii. délibérer sur les résultats des études et, ce faisant, de renforcer les bases de la formulation et de la mise en œuvre des politiques; ce qui pourrait éventuellement susciter l’intérêt et mieux informer les investisseurs pour le secteur;
iii. promouvoir et faciliter l’élaboration de cadres politiques et institutionnels susceptibles d’améliorer la gestion durable des ressources forestières et arboricoles, de manière à améliorer le développement socio-économique tout en abordant simultanément les questions de changements climatiques (adaptation et atténuation) en Afrique; et
iv. affiner et consolider les besoins identifiés en matière de renforcement des capacités et les approches potentielles y relatives, pour relever les défis de la gestion durable des ressources forestières.

3. Résultats attendus de l’atelier
i. Le cadre d’échange d’expériences et de compétences entre les parties prenantes du secteur forestier Africain sur les défis associés à la gestion des terres, des forêts et les arbres et les opportunités offertes par le secteur est renforcé ;
ii. Les connaissances spécifiques liées, par exemple, aux réponses nationales de la gouvernance forestière à l’accord de Paris, à la mise en œuvre de la REDD+, à la résilience des personnes (moyens de subsistance) et des économies nationales au changement climatique sont améliorées et partagées ;
iii. Les connaissances sur la gouvernance et la gestion actuelles des terres, des forêts et des arbres et sur les politiques et cadres institutionnels appropriés et pouvant améliorer leur gestion durable dans le contexte du changement climatique sont partagées ;
iv. Les lacunes dans les connaissances et les besoins de renforcement de capacité pour la mise en œuvre d’approches appropriées de gestion des terres et des ressources forestières et arboricoles sont identifiées.

4. Lieu et durée de l’atelier
L’atelier se tiendra en présentiel à Ouagadougou (Burkina Faso) pour une durée de 5 jours du 06 au 10 juin 2022. Des dispositions seront prises pour permettre la participation à distance.

5. Participants
L’événement rassemblera environ 40 participants sélectionnés des administrations forestières publiques, des organisations non gouvernementales, des universités et centres de recherche, du secteur privé, ainsi que des organisations de jeunes et de femmes de quelques pays francophones d’Afrique subsaharienne.

Les parties prenantes du secteur forestier Africain désireuses de participer virtuellement à l’atelier sont invitées à s’inscrire en ligne avant le 30 mai 2022 en utilisant le lien ci-dessous:
https://zoom.us/meeting/register/tJMofuGqrzwpEtfyMOHEV9r7pwf5pBQMzc1i

Après inscription, vous recevrez un courriel de confirmation contenant des informations sur la façon de participer à l’atelier.

NOTE DE CONCEPT