Summary
Southern African woodlands support the livelihoods of millions of both the rural and urban dwellers through the provision of non-wood products including supply of energy and agricultural expansion thereby contributing to deforestation and woodland degradation. However, there are recognized traditional forest management practices and technologies that have potential to promote rehabilitation and/or restoration of degraded woodlands provided relevant policies and institutional frameworks are in place. This paper reviews the causal factors of land and forest woodland degradation in southern Africa and highlights some of the successful practices for their restoration. Natural regeneration of different forms, including complete coppice; coppice with standards and selective cutting; pollarding, pruning and lopping, was found to be the predominant form of restoration in dry forests and woodlands of southern Africa. However, while policies promoting participatory natural resource management are in place in most countries of the region, implementation of these have mostly taken pilot project based approach with no strategies for up scaling by the governments. In addition, enabling policies for community based approach including clear cut land tenure and equitable benefit sharing are still not operational in most countries of the region. The conditions for up-scaling successful restoration practices include: (i) recognition of local knowledge; (ii) institutional support for implementation of restoration activities; (iii) income generating initiatives through marketing and value adding of natural resources; (iv) taking on financial opportunities from CDM mechanism including REDD. 
Keywords: restoration, dry woodlands, regeneration, policies, degradation
Gestion et pratiques de restauration dans les paysages dégradés du sud de l’Afrique et nécessité d’accroître leur envergure
P.W. CHIRWA, M. LARWANOU, S. SYAMPUNGANI et F.D. BABALOLA
Les terres boisées du sud de l’Afrique soutiennent les revenus de millions d’autochtones ruraux et urbains de par leurs produits autres que le bois, tels que l’énergie et l’expansion de l’agriculture, aggravant la déforestation et la dégradation de la terre forestière. Toutefois, il existe des pratiques de gestion et des technologies traditionnelles reconnues ayant le potentiel de promouvoir la réhabilitation et/ou la restauration des terres forestières dégradées, si les cadres institutionnels et les politiques appropriées sont en place. Cet article examine les facteurs causant la dégradation de la terre et des terres forestières dans le sud de l’Afrique et souligne certaines des pratiques à même d’assurer leur restauration. Différentes formes de régénération naturelle telles que la coupe en taillis, celle en taillis à standards et coupe sélective, l’étêtage, l’élagage se sont trouvées être la forme prédominante de restauration dans les forêts et les terres forestières sèches du sud de l’Afrique. Cependant, bien que des politiques encourageant la gestion participative des ressources naturelles soient en place dans la plupart des pays de la région, la mise en pratique de ces dernières n’a été principalement effectuée que dans le cadre d’une approche basée sur des projets pilotes, sans stratégie d’accroissement par les gouvernements. De plus, la facilitation des politiques d’une approche à base communautaire incluant une propriété foncière clairement définie et un partage équitable des bénéfices n’est toujours pas opérationnelle dans la plupart des pays de la région. Les conditions pour tirer vers le haut de l’échelle les pratiques de restauration efficaces incluent : (i) une reconnaissance de la connaissance locale, (ii) un soutien institutionnel de la mise en pratique des activités de restauration, (iii) des initiatives créatrices de revenus, avec l’aide du marketing et de la valeur ajoutée aux ressource naturelles, et, (iv) une prise en compte des opportunités financières du mécanisme CDM, incluant la REDD.